Le maniérisme

Ici, l’héritage de Michel-Ange est mis en évidence   tels qu’on les retrouvent à  la chapelle Sixtine à Rome.   Le mouvement artistique sous-jacent le « maniérisme, »  dont le terme vient de l’italien manierismo (de l’expression bella maniera), dans le sens de la touche caractéristique d’un peintre en opposition avec la règle d’imitation de la nature et, en cela, fait partie des rares dénominations de courant artistique important pratiqué au XIV siècle en Europe. Agopian a créé cette série en l’honneur du maître Michel-Ange.  Comme vous pouvez le voir, ce ne sont pas de simples copies du maître; mais des Agopian d’après Michel-Ange.

Il s’inspire, il fait des variations à partir de tableaux et de dessins qu’a créé l’illustre créateur, lui-même multidisciplinaire. « En 2004, la directrice de la Galerie d’art Richelieu, Mme Colette Richelieu, cherchait un artiste capable de réaliser pour un client une œuvre monumentale qui s’inspirerait de Michel Ange. Une œuvre de 6 mètre sur 3, un défi de taille, sans compter que tout en s’inspirant de la Création, partie majeure et centrale de l’ensemble de la fresque de la chapelle Sixtine, au Vatican, je devrais en faire une variation sans nier la célèbre œuvre. Ce genre de défi m’intéresse tout particulièrement. Et puis, j’admire le maitre de la Renaissance depuis toujours. Je suis allé à plusieurs reprises visiter la chapelle du Vatican, et alors j’ai plongé. Tellement que je me suis fait happer par Michel Ange. J’ai donc une série sur des variations de son œuvre. Ce sont des Agopian, inspirées du maitre, interprétées. J’ai réalisé plus d’une soixantaine d’oeuvres sur ce thème. Des œuvres différentes de ma production habituelle, mais tout cela se complète. Et apportera certainement des transformations dans mon langage pictural. »